Maillot des Bulldogs de Liège

Dernière pièce arrivée ce vendredi et sans doute une des plus belles : celle du club de hockey sur glace des Bulldogs de Liège.

C’est le trésorier du club, Manu Wislez, qui est venu personnellement nous remettre cette magnifique vareuse.

Bulldogs Liège

Manu Wislez

Le Bulldogs Ice Hockey Club porte fièrement une tradition de hockey sur glace qui fête ses 100 ans d’existence à Liège en cette année d’ouverture de la Patinoire à la Médiacité.
Le premier club de hockey à Liège accueille des jeunes joueurs à partir de 4 ans et les perfectionne grâce à un staff qualifié, des entrainements réguliers et à l’organisation à Liège en collaboration avec la Fédération Belge, de matchs amicaux pour tous les joueurs de moins de 10 ans.
L’école de Hockey forme les joueurs débutants de 4 à 18 ans sur 2 créneaux par semaine jusqu’à ce qu’ils atteignent un niveau leur permettant de rejoindre un groupe adapté à leur âge.
Les Bulldogs de Liège offrent ainsi une solution adaptée à chaque joueur qu’il veuille se développer vers une équipe de compétition junior, l’équipe nationale ou plutôt vers du sport récréatif.

Le public a répondu présent lors des premiers matchs disputés dans cette nouvelle et magnifique salle de la Médiacité, après deux ans d’exil dans la patinoire de Maaseik.

L’ambiance des grands soirs de hockey sur glace à Liège est donc bien de retour !

Publicités

Magazine Sports Illustrated dédicacé par Maurice Richard

Troisième pièce du colis : un autre magazine Sports Illustrated, daté du 21 mars 1960 et dédicacé par Maurice Richard.

Sports Illustrated Maurice Richard

Joseph Henri Maurice Richard, (4 août 1921 à Montréal au Québec — 27 mai 2000 à Montréal), surnommé le Rocket ou encore la Comète, est un joueur de hockey sur glace professionnel québécois.

En tant que membre des Canadiens de Montréal de la Ligue nationale de hockey (LNH) de 1942 à 1960, il est l’ailier droit de la Punch Line avec Elmer Lach au centre et Hector « Toe » Blake à l’aile gauche et a permis à son équipe de remporter huit Coupes Stanley, dont cinq de suite, de 1955-56 à 1959-60.

Il enregistre son premier but dans la LNH le 8 novembre 1942 et est le premier joueur à marquer 50 buts en 50 matchs lors de la saison 1944-1945, à une époque où la LNH est constituée de six franchises disputant un calendrier de 50 parties. Richard inscrit son 325e but le 8 novembre 1952 ; en 10 ans, jour pour jour, il dépasse la marque de 324 buts, record de la LNH établi par Nels Stewart. Il est également le premier joueur à marquer 500 buts dans la LNH le 19 octobre 1957 en déjouant Glenn Hall des Blackhawks de Chicago.

Parallèlement, par le biais d’articles de journaux, il a incité les dirigeants de la LNH à éliminer leurs comportements discriminatoires vis-à-vis des joueurs de langue française.

Pour les Canadiens français, Maurice Richard était un symbole qui dépassait le monde du sport. Phénomène de société, il représentait l’image du francophone dominant dans un monde anglophone. Malgré lui, ses exploits sportifs revêtaient un aspect politique pour plusieurs. Dans une société québécoise alors dominée politiquement et économiquement par des intérêts anglophones, à une époque aujourd’hui appelée la Grande Noirceur, il apparaissait aux yeux de beaucoup comme un symbole de réussite et de revanche.

Discret et timide en dehors de la patinoire, il a toujours affirmé n’être qu’un joueur de hockey qui s’efforçait de faire de son mieux à chaque partie et qui ne jouait au hockey que pour l’amour de ce sport. Fougueux et têtu sur la patinoire, quelques-uns de ses gestes lui ont valu des amendes de la part de la direction de la ligue, que ses partisans s’empressaient de payer au moyen de collectes.

Félix Leclerc écrit un poème à son propos :

« Quand il lance, l’Amérique hurle. Quand il compte, les sourds entendent. Quand il est puni, les lignes téléphoniques sautent. Quand il passe, les recrues rêvent. C’est le vent qui patine. C’est tout le Québec debout Qui fait peur et qui vit.  »